Réconciliez-vous avec vos aliments tabous

gourmandise
Vous tentez de fuir le sucre et et bannissez le gras dans l’espoir de perdre du poids ? Figurez vous que ce n’est pas forcément la meilleure manière pour maigrir durablement…
En effet, aucun aliment n’est mauvais en soi s’il est consommé en quantité raisonnable. En revanche, plus on essaie de s’interdire un aliment … plus on risque d’en avoir envie.
Faisons une petite expérience très rapide. Fermez les yeux un instant et répétez intérieurement pendant une minute : « je ne dois pas penser à un ours blanc, je ne dois pas penser à un ours blanc, je ne dois pas penser à un ours blanc… »
Quelle image avez-vous vu apparaitre dans votre esprit ? Il y a fort à parier que c’était celle d’un ours blanc. Pourtant, combien de fois avez vous pensé à un ours blanc ce dernier mois ? Pas souvent probablement…

Ours-polaire-qui-nage-14-640x426

Alors imaginez un peu maintenant ce qui se passe quand vous vous répétez en boucle « je ne dois pas manger de chocolat, je ne dois pas manger de chocolat, je ne dois pas manger de chocolat… »
Loin de vous ôter l’envie d’en manger… vous ne pensez plus qu’à ça !
Certains de mes patients m’ont même raconté que lors de précédentes tentatives d’amaigrissement, ils s’étaient mis à rêver durant leur sommeil qu’ils mangeaient certains aliments, uniquement parce qu’ils savaient qu’ils étaient proscrits dans leur régime, alors qu’en temps normal ils n’en mangeaient jamais (et n’y pensaient jamais non plus).
Autre raison pour laquelle s’interdire des aliments ne fonctionne pas à long terme pour perdre du poids : lorsque vous cédez à la tentation de cet aliment-tabou, bizarrement vous n’arrivez plus à vous arrêter !
Et hop, au lieu de déguster deux carrés de chocolat, c’est la tablette entière que vous engloutissez. Logique, me direz vous, puisqu’il s’agit d’un aliment interdit, si vous en mangez un peu, vous transgressez la règle, vous avez « raté ». Donc foutu pour foutu… autant en manger beaucoup, s’en donner à coeur joie et finir la tablette. Comme ça, on n’en parle plus… et demain c’est décidé, vous arrêtez DE-FI-NI-TI-VE-MENT le chocolat ! Jusqu’à la prochaine fois…
Enfin, dernière raison pour laquelle s’interdire des aliments ne vous aide pas : lorsque vous les consommez (et a fortiori, comme nous venons de le voir, sur un mode compulsif), au lieu de ressentir un sentiment de plaisir et de bien-être, le sentiment qui domine ressemble plutôt malheureusement à de la culpabilité voire du dégout de soi… Et plus vous vous sentez mal… plus vous avez envie de manger pour vous réconforter.
Vous vous reconnaissez ?
Il est donc urgent de réviser vos croyances, et redécouvrir que se nourrir rime vraiment avec plaisir.
Pour cela, je peux vous proposer plusieurs exercices ou experiences spécifiques au cours des consultations. L’objectif est de rétablir un équilibre, de rompre le cercle vicieux des restrictions / compulsions, d’apprendre à banaliser les aliments que vous vous interdisez de manger et à les consommer avec plaisir et modération.
Bien sûr, ces exercices ne sont pas toujours faciles, ils demandent des efforts et de la persévérance, comme tout travail en profondeur sur soi. Aussi, ne vous découragez pas s’ils vous paraissent a priori hors de votre portée. Il faut parfois un peu de temps pour apprendre à manger avec sérénité, délesté de sa culpabilité et de sa peur du manque.
Publicités

C’est quoi un régime ?

bagieu regime

Vous avez certainement entendu le slogan publicitaire de Weight Watchers : « Arrêtez les régimes, commencez Weight Watchers ». Derrière ce slogan, il y aurait l’idée qu’un régime serait un programme forcément déséquilibré voire restrictif ou frustrant.

D’ailleurs, quand on parle de régime, bon nombre de patients pensent immédiatement aux régimes les plus farfelus comme le régime « soupe au chou », le régime ananas ou dernièrement le régime Dukan  (les exemples ne manquent pas, nous pourrions en citer des milliers …), mais peu associent le terme de régime avec « régime équilibré » ou même avec juste le fait de « faire attention ».

En réalité, un régime, c’est la volonté de contrôler son alimentation dans le but de maigrir,  que ce soit en s’imposant un nombre de repas à respecter, des aliments à privilégier, d’autres à limiter, en comptant des points, des calories ou des portions, bref, en suivant un plan pré-établi sans tenir compte des signaux que nous envoie notre corps.

Un régime c’est remplacer les mécanismes neurophysiologiques inconscients qui permettent la régulation du poids par un contrôle mental volontaire et conscient.

Alors est-ce que ça marche ?

Les spécialistes du comportement alimentaire classent les mangeurs en deux groupes :
– les mangeurs intuitifs qui mangent en fonctions de leurs signaux internes (faim et rassasiement)
– les mangeurs contrôlés qui essaient de contrôler leur alimentation par la volonté

De nombreuses études montrent que les mangeurs intuitifs sont moins susceptibles d’être en surpoids, que leur poids est plus stable dans le temps et qu’ils passent moins de temps à penser à la nourriture.

Les mangeurs contrôlés, au contraire, sont plus susceptibles de manger en réaction aux publicités, de manger en grande quantité quand la nourriture est disponible (par exemple aux buffets à volonté) ou quand ils font un petit écart (finir la tablette de chocolat sans pouvoir s’arrêter à un carré). Au final, cette tentative de contrôle aboutit non pas à un poids satisfaisant mais à une relation pervertie à la nourriture, faite d’anxiété de grossir et de culpabilité.

Car ce contrôle absolu qu’on aimerait avoir sur son alimentation est impossible ! Les aliments ne sont pas une somme de nutriments, et oublier les aspects gustatifs et émotionnels de l’alimentation, que l’on veuille mincir ou pas, rend la tâche intenable.

C’est pourquoi, travailler sur ses croyances, ses émotions et ses sensations alimentaires est le seul moyen de retrouver un rapport serein à la nourriture et d’atteindre son poids d’équilibre.